Un déni de démocratie ?

Il est important de demander l’avis de nos concitoyens lorsqu’une mesure impacte leur quotidien. Dans une démocratie indirecte, comme en France, nous sommes amenés à élire des représentants. Leur rôle consiste, notamment à voter les lois. Avant le vote de la loi un débat a lieu, une étude d’impact peut aussi être réalisée. Ce débat permet de mieux appréhender les arguments des uns et des autres. L’avis de chacun peut évoluer en faveur ou en défaveur du texte de loi présenté. Lorsqu’une motion de rejet préalable est votée sur une proposition de loi, concernant l’ensemble des citoyens, il est possible de s’interroger, en se demandant si celle-ci ne constitue pas un déni de démocratie ! Une seconde interrogation peut également se poser. Pourquoi le nombre de votants est-il si faible ? Depuis six mois, l’actualité porte sur cette mesure très controversée de l’abaissement de la limitation de vitesse. Plus de 76 % des français sont contre. Le 21 juin le résultat du vote de cette mention de rejet préalable donne 95 pour (le rejet de cette motion préalable) dont 85 de députés LREM. Les députés ont beaucoup de travail en commission, en circonscription, en représentation. Toutefois pour une mesure aussi polémique beaucoup de représentants du peuple se sont abstenus de voter. Peut-être ne souhaitaient-ils pas prendre position sur un sujet aussi polémique ? Chacun pourra prendre connaissance du vote ou de l’absence de vote de son député en consultant ce document http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/982