La continuité pédagogique

La plupart des enseignants fournissent un travail considérable. La mise en ligne de cours et leur préparation indispensable, l’utilisation de nouveaux outils, la correction et l’animation des classes virtuelles représentent des activités chronophages.

Une grande majorité d’élèves joue le jeu. Certains trouvent des prétextes pour ne pas rendre leurs devoirs. Au contraire, une partie des apprenants les moins motivés habituellement peuvent adopter une attitude bien plus positive avec les nouveaux outils mis à leur disposition. Parfois, les difficultés matérielles (absence d’accès à internet ou de matériel) peuvent empêcher la réalisation des devoirs par les élèves. Les plus motivés trouvent toujours des solutions.

J’ai écrit un article il y a quelques mois sur l’utilisation du téléphone portable. Aujourd’hui, il trouve tout son sens. La grande majorité des élèves, notamment au lycée, possède un smartphone avec une connexion Internet. Cette dernière est fournie dans le cadre de leur forfait ou de leur accès à la box familiale en wifi.

Ainsi, les enfants peuvent échanger avec leurs enseignants, réaliser et rendre leurs devoirs et même être évalué. L’évaluation peut-être soit sommative ou formative. Actuellement, le recours à la seconde forme semble être le plus approprié. Les QCM peuvent en fonction des objectifs visés présenter un intérêt incontestable.

Ainsi, les élèves préparés à l’utilisation de leur smartphone sont habitués à ce type de travail et la continuité pédagogique se passe plutôt en douceur.

https://jodyhorcholle1.000webhostapp.com/2018/06/linterdiction-des-telephones-portables-une-bonne-idee