Bilan d’une expérimentation… le 80 !

Jody Horcholle

Après plus de deux semaines un bilan s’impose pour évaluer cette mesure. Ce n’est certainement pas d’un bureau parisien, par des personnalités disposant d’un chauffeur, que l’évaluation de cette mesure peut être réalisée ! Le mieux, à mon sens consiste à aller sur le terrain.

De nombreux automobilistes ont émis des craintes quant aux conséquences de cette mesure. Leurs craintes sont-elles fondées ?

Cette mesure a pour but d’épargner des vies. Tous les automobilistes ne peuvent-être que d’accord sur un tel objectif.

Nous ne nous intéresserons pas à la perte de temps puisque pour une telle étude il conviendrait de comparer à plusieurs reprises les mêmes trajets dans les mêmes conditions de circulation. Or, puisque nous devons respecter les 80 km/h la comparaison devient impossible.

Il convient de rappeler que cette mesure s’applique à une grande partie de nos routes, ainsi que nous circulions sur une large nationale ou une étroite départementale la vitesse est de 80 km/h. Autant sur la première catégorie de route cette mesure peut paraître incohérente, autant sur la seconde catégorie de voie cela, dans certain cas, peut aisément se comprendre.

Le premier constat est flagrant. Peu d’automobilistes respectent cette limitation sur la nationale.
La conséquence c’est la multiplication des dépassements. D’ailleurs, ce sont souvent ces manœuvres les plus susceptibles de provoquer des accidents.

Concernant la cohabitation entre les voitures et les camions il est indéniable que cette mesure peut créer des tensions. Le compteur des véhicules automobiles est bien moins précis que pour les poids lourds. Il suffit de réaliser un test avec un GPS pour s’en apercevoir. La différence peut-être de l’ordre de 3 à 5 km/h. Ainsi, un conducteur respectueux des 80 km/h et prenant soin de respecter cette vitesse à son compteur, va circuler à la vitesse de 75 km/h.
Il est évident que pour entamer un dépassement un camion va devoir prendre un risque important.
Certains chauffeurs peuvent être amenés à ne pas respecter les distances de sécurité afin de se mettre au plus près d’une voiture afin de l’inciter à rouler un peu plus vite.
Lors d’un dépassement d’une voiture un camion va parcourir une très longue distance avant de pouvoir se rabattre. Nous avons pu constater la tentation pour un chauffeur de commencer à doubler une voiture avant même que la signalisation routière lui permette et de terminer son action sur une ligne blanche ou même continuer à rouler sur les zébras. D’ailleurs, afin de terminer son dépassement plus rapidement un chauffeur a pu se déporter sur la droite afin de faire ralentir la voiture.

Une fois la voiture dépassée, il est très probable que ce même camion se fasse doubler quelques kilomètres plus tard dans une côte par le même véhicule. Si ce n’est pas à cet endroit, souvent la voiture le doublera en ville lorsqu’il y aura deux voies et un feu.

Bien sûr certains vont rejeter la faute sur le comportement des conducteurs. Il ne faut pas oublier que c’est cette mesure qui a engendré ces comportements dangereux. Il faut réfléchir avant de prendre une mesure sur les effets qu’elle peut provoquer.

Concernant la fluidité du trafic nous pouvons voir de plus en plus de voitures agglutinées derrière les camions.

Afin de ne pas se faire piéger par un radar il est indispensable de scruter en permanence son compteur. En même temps, il faut regarder dans son rétroviseur pour anticiper le dépassement d’un camion ou surveiller celui qui ne respecte pas les distances de sécurité et qui s’approche dangereusement afin de laisser une distance de sécurité encore plus importante devant soi pour anticiper un ralentissement inopiné.

Finalement, l’attention est détournée de l’essentiel, à savoir la route !

A cette vitesse il est incontestable que l’attention est bien moins élevée lorsque la circulation est peu intense.

Évidemment, il devient impossible de rouler en 6ème… Il faut donc rester en 5ème et accepter de consommer plus ! Que dire aussi des portions limitées à 70 km/h qui deviennent ridicules puisque nous roulons à 80 km/h.

Au final, le sentiment d’insécurité semble bien plus important qu’avant cette mesure !

Puisqu’il est question de réformer la constitution, je souhaite formuler la proposition suivante. L’état confie à des entreprises privées des missions régaliennes pour plus d’efficacité. Puisque nous souhaitons introduire une partie de proportionnelle pour les futures législatives, pourquoi ne pas remplacer certains députés par des entreprises privées plus efficaces ?

Bien sûr cette proposition est ridicule, tout comme l’est cette mesure de la baisse de la vitesse !

Il faut voir un point positif, car si cette mesure n’est pas efficace au niveau de la sécurité routière elle sera efficace pour faire rentrer de l’argent !

Je tiens donc à remercier les députés qui ont voté pour la motion de rejet préalable de proposition de loi concernant la possibilité pour les collectivités territoriales d’adapter la vitesse, les députés qui se sont abstenus de la voter parce qu’ils sont sûrement trop occupés pour s’intéresser aux zones rurales et à ceux qui se sont prononcés pour cette mesure. Ces députés par leur comportement font que chaque jour de nombreux concitoyens se sentent encore plus en insécurité sur nos routes.